Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tomboy (2011) Céline Sciamma

par Neil 27 Avril 2011, 05:13 2010's

Fiche technique
Film français
Date de sortie : 20 avril 2011
Genre : préado qui se cherche
Durée : 1h22
Scénario : Céline Sciamma
Image : Crystel Fournier
Avec Zoé Héran (Laure), Jeanne Disson (Lisa), Mathieu Demy (Le père), Sophie Cattani (La mère), Malonn Lévana (Jeanne)…

Synopsis : A 10 ans, Laure est un garçon manqué. Arrivée dans un nouveau quartier, elle fait croire à Lisa et sa bande qu’elle est un garçon. Action ou vérité ? Action. L’été devient un grand terrain de jeu et Laure devient Michael, un garçon comme les autres… (allocine)

Mon avis : Questionnements de genres à l’âge des possibles

L'avènement d‘un-e cinéaste est toujours intéressant. De Naissance des pieuvres à Tomboy, Céline Sciamma donne une direction bien affirmée à sa trajectoire. Direction qu’elle changera peut-être au cours du temps, en tout cas pour ce qu’on a vu d’elle force est de constater que la jeune réalisatrice (mais si à trente ans on est toujours jeune… hum) s’intéresse de près à l’adolescence. Aucune trouble obsession là-dessous : ses films abordent avec une justesse impressionnante les premiers pas de jeune filles en devenir. D’un film à l’autre toujours la même période (l’été et ses flâneries avant la rentrée des classes) et toujours cette même volonté de sonder la psyché féminine.

Dans une ville de banlieue, Laure vient d’emménager avec sa famille : sa petite sœur Jeanne, sa mère et son père. C’est la fin de l’été et les deux petites filles, qui ont respectivement 9 et 6 ans, sont fascinées par le gros ventre de leur maman : elle va bientôt accoucher. Un jour, Laure regarde en bas un groupe d’enfants jouer ; elle descend et rencontre la jolie Lisa. Quand elles se présentent, Lisa prend Laure pour un garçon et sans réfléchir celle-ci lui dit qu’elle s’appelle Mickaël. Le jeune garçon va donc être présenté aux autres et commence à s’intégrer au groupe.

C‘est avec une grande finesse et un naturel déconcertant que Tomboy traite de l‘identité de genre. Céline Sciamma ne s’embarrasse pas de psychologie et nous livre les faits bruts de décoffrage. Si on peut trouver dommage que la réalisatrice et ses personnages ne cherchent pas à savoir le pourquoi du comment, finalement on peut se demander si c’est pas mieux comme ça. Au spectateur de se faire sa propre opinion et de creuser tout seul la problématique. Car ici c’est surtout le monde des enfants qui est dépeint : les adultes sont présents, contrairement à son premier film, mais les acteurs principaux de l’histoire sont les enfants. On les suit dans leurs jeux, parfois dangereux, sans jugement ni idée préconçue.

Et la mise en scène de Tomboy suit ce même cheminement. On est sans cesse au plus près des corps, tout en trouvant ça et là des plans magnifiques. La science du cadrage est ici impeccable et la photographie qui capte les tonalités estivales est particulièrement belle. Les deux jeunes actrices jouent naturellement, elles ne sont jamais agaçantes comme peuvent l’être certains enfants acteurs malgré eux. On encaisse certaines scènes difficiles (particulièrement une scène d‘humiliation terriblement dure) tandis que l’atmosphère générale du film est apaisée. Laure n’est pas malheureuse au sein de sa famille, elle éprouve juste des sentiments inattendus qu’elle ne sait pas gérer. C’est le temps de l’innocence, où tout est encore possible et où certains enfants sont bien plus murs que bien des adultes.

Ma note : ****

Tomboy (2011) Céline Sciamma
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

D&D 04/07/2011 21:25



Comme je n'ai encore rien vu (rentrant à peine), j'en profite pour lire ou relire tes billets sur les derniers films attrapés en salle avant de partir. Belle synthèse dans ton dernier paragraphe
ici, je trouve, et je souscris totalement.



Neil 05/07/2011 17:07



Merci, c'est un film qui m'a beaucoup touché et qui restera sans doute parmi les meilleurs de l'année.



Squizzz 04/05/2011 19:34



Oui mais ça se passe après que la mère ait découvert la vérité, et donc puisse en venir à poser la question.



Neil 05/05/2011 09:23


Mais bon c'était juste une impression que j'avais eu en direct devant le film : après coup je trouvais ça aussi bien comme ça


Squizzz 03/05/2011 23:11



La mère se pose la question, mais effectivement ne la pose pas à sa fille. Je penserai plus par tolérance, ou surtout parce qu'elle ne veut pas mettre mal à l'aise sa fille qu'elle sent déjà
assez mal dans sa peau, d'autant qu'une réponse (s'il y en a une) ne changerai pas grand chose.



Neil 04/05/2011 09:46



Non, ça ne changerai pas grand chose effectivement. Par contre je ne suis pas sûr qu'elle soit mal dans sa peau à ce moment : elle le devient par le regard des autres quand elle "avoue" la
vérité...



Squizzz 02/05/2011 19:30


Un film qui touche par sa poésie et sa sensibilité, même si le scénario peine à remplir la durée pourtant courte du film.
"la réalisatrice et ses personnages ne cherchent pas à savoir le pourquoi du comment", ça ne m'a pas choqué, car je ne pense pas qu'on puisse vraiment l'expliquer, non ?


Neil 02/05/2011 21:56



Oui tu as raison, on ne peut sans doute pas l'expliquer. Mais disons que ça m'a étonné que la mère ne pose jamais la question à sa fille : "pourquoi as-tu fait ça ?". Est-ce par intolerance ou au
contraire par extrême tolérance, on ne sait pas. Et c'est peut-être pas si mal.



Marcozeblog 02/05/2011 18:27


J'ai failli aller ce week-end et je me suis dégonflé. j'ai préféré faire un tour dans un parc. Je crois que je vais aller le voir. Le parti pris de mise en scène me plait bien. Bise. Marco.


Neil 02/05/2011 21:54



Ah mais ça je peux te comprendre : avec un temps pareil pourquoi s'enfermer dans une salle de cinoche. Biz :)



Wilyrah 02/05/2011 13:41


Un joli petit film, en effet.


Neil 02/05/2011 21:53



Et plus j'y pense, plus je me dis que c'est plus qu'un petit film, et qu'il figurera dans mon best of 2011.



Chris 01/05/2011 13:09


Salut neil, j'ai adoré le film et je trouve que le fait de ne pas s'embarrasser de psychologie est justement sa force.
Je profite de ce petit commentaire pour t'inviter au festival de printemps que j'organise : http://chris666.blogs.allocine.fr/chris666-300286-festival_de_printemps__inscrivez_vous_.htm
Ta plume pertinente serait la binevenue...


Neil 01/05/2011 19:15



Salut Chris, merci de ton invitation, je suis assez tenté par l'expérience. Cela dit j'hésite encore... je te tiens au courant :)



pierreAfeu 28/04/2011 13:55


un film en état de grâce...


Neil 30/04/2011 09:26



Très simple et très beau. :)



Phil Siné 28/04/2011 12:17


je suis moi aussi sorti du film très enthousiaste et plein d'admiration ! ma critique parait d'ailleurs aujourd'hui... à 13h13 ! :)


Neil 30/04/2011 09:26



Le film fait l'unanimité, et c'est bien mérité.
ps : t'es pas superstitieux, toi... ;)



Haut de page