Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tyrannosaur (2012) Paddy Considine

par Neil 21 Avril 2012, 05:55 2010's

Fiche technique
Film britannique
Date de sortie : 25 avril 2012
Genre : misère sociale
Durée : 1h32
Scénario : Paddy Considine
Image : Erik Wilson
Musique : Dan Baker et Chris Baldwin
Avec Peter Mullan (Joseph), Olivia Colman (Hannah), Eddie Marsan (James), Paul Popplewell (Bod), Ned Dennehy (Tommy), Samuel Bottomley (Samuel)…


Synopsis : Dans un quartier populaire de Glasgow, Joseph est en proie à de violents tourments à la suite de la disparition de sa femme. Un jour, il rencontre Hannah. Très croyante, elle tente de réconforter cet être sauvage. Mais derrière son apparente sérénité se cache un lourd fardeau : elle a sans doute autant besoin de lui, que lui d’elle. (allocine)

Mon avis : Violence conjugale et solitude urbaine

Pour son premier long-métrage, Tyrannosaur, Paddy Considine utilise la trame de son court métrage précédent, Dog altogether. Il utilise d’ailleurs quasiment le même casting et les mêmes personnages : en fait de nombreux spectateurs ayant vu le court-métrage lui demandaient ce qu'étaient devenus les protagonistes fictionnels du film. La séquence d’introduction de Tyrannosaur développe donc le scénario de Dog altogether et il fait ensuite évoluer les personnages, des déclassés de la société britanniques. Les questions de société sont au cœur du scénario, qui met en scène des figures austères n’ayant plus beaucoup d’espoir dans l’existence.

En sortant d’une soirée chez le bookmaker, où il a encore une fois trop bu, Joseph est très énervé. Il s’emporte contre tout, en particulier son chien qui a le malheur d’aboyer un peu trop fort à son goût. Sur un coup de sang, il lui donne plusieurs coup de pied trop violents et trop mal placés. S’en est trop pour son animal, qui s’effondre par terre, inanimé. Joseph est effondré, il dessoûle très vite en voyant ce qu'il vient de faire. Mais c’est trop tard, et il va bientôt devoir enterrer son chien, la seule compagnie qui lui restait depuis que sa femme est morte, quelques années auparavant.

Dès le début de Tyrannosaur, le personnage principal masculin nous est présenté de manière négative. C’est une brute épaisse, qui boit toute la journée et ne sait pas contrôler ses émotions. Alors bien sûr il regrette instantanément ses brusques accès de colère mais ça ne fait pas de lui un homme aimable. Sa comparse féminine n’est d’ailleurs pas mieux lotie : lors de sa première scène elle est dépeinte comme une fille franchement gnangnan, une grenouille de bénitier.

C’est d’ailleurs ce que va vite lui reprocher Joseph dans une scène de violence verbale assez crue, que l’on peut mettre en parallèle avec une autre scène qui vient juste après et est extrêmement violente, cette fois visuellement. C’est la force du film que de nous présenter une dure réalité brute de décoffrage et sans vraiment de contrepoint. Car tout le monde souffre dans Tyrannosaur, du veuf solitaire à la femme battue en passant par un gamin harcelé : bonjour tristesse. C’est un peu plombant, et c’est un euphémisme : rares sont les scènes lumineuses du film.

Il n’y en a en fait qu’une, assez bien réalisée et salutaire tant elle rompt avec le discours ambiant. Maintenant tout ça est peut-être un peu trop chargé : Tyrannosaur aurait gagné s’il s’était concentré sur l’histoire d’un personnage, celui de la femme plus particulièrement, dont la force dramatique l’emporte sur tout le reste. On pourrait comparer le film à Harry Brown, heureusement il n’adopte pas la morale franchement douteuse de ce dernier. Reste que l’interprétation de Peter Mullan et d’Olivia Colman est particulièrement juste, sans qui le film aurait sans doute perdu de sa force.


Ma note : **

Tyrannosaur (2012) Paddy Considine
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires
A

Mouais, Harry Brown c'était un viligante movie, rien à voir, ici c'est du ciné prolo. Je touche combien par rectification d'articles ?
Répondre
N


Nan nan nan pas d'accord. Des prolos y en a pleins dans Harry Brown, qui n'est cela dit qu'un vigilante movie (et pas très bon par ailleurs).



W

Je trouve que c'est un grand film. Tellement plus fort et subtil que Harry Brown que tu évoques dans cet article. 
Répondre
N


C'est plus fort que Harry Brown mais ça manque tout de même de finesse : trop de désespoir tue l'effet escompté...



D

Bonjour Neil, je te rejoints ce billet. Je n'avais pas vu le court-métrage donc pas de comparaison possible. En revanche, j'ai trouvé l'histoire vraiment trop noire mais Peter Mullan, Olivia
Colman et Eddie Marsan sont très bien. Bonne soirée.
Répondre
N


Bonsoir Dasola, je n'ai pas vu non plus le court-métrage mais j'avoue que ce film est tout de même assez plombant. Heuereusement que les acteurs et les actrices sont très bons. Bonne soirée.



W

A voir donc. Belle critique.
Répondre
N


Merci, le film est à voir même s'il est très dur



Haut de page