Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un jeune américain (1982) Edmund White

par Neil 11 Septembre 2014, 05:54 Bouquins

Fiche technique
Roman américain
Date de sortie : 28 septembre 1982
Titre original : A boy's own story
Genre : éducation sentimentale
302 pages
Edité chez 10-18

Résumé : Un jeune américain parcourt les années d'adolescence d'Edmund White, au cours desquelles il connaît ses premières expériences sexuelles, mais aussi période de la prise de conscience difficile de son homosexualité. Le héros du livre évolue ainsi lentement du déni à l'acceptation.

Mon avis : de la difficulté à assumer son orientation sexuelle

C’est à 33 ans qu’Edmund White écrit son premier roman. Le succès public viendra dix ans plus tard avec sa trilogie autobiographique composée d’Un jeune américain, puis viendra La tendresse sur la peau en 1988 et La symphonie des adieux en 1997. On peut même dire qu’il l’a compléta en 2000 avec L’homme marié. Né dans l’Ohio, il s’est peu à peu imposé comme l’une des figures essentielles de la littérature homosexuelle américaine. Si tant est que cette catégorie littéraire ait vraiment un sens ; en tout cas comme le chef de file d’auteurs revendiquant leur homosexualité et narrant leurs expériences diverses et variées.

L’auteur - jamais nommé, le « je » devant s’imposer comme personnage principal - nous raconte des épisodes marquant de son adolescence et quelques-uns de son enfance. Tout d’abord cet été qu’il passe chez son père, quand il vivait avec sa mère (mais on l’apprendra plus tard). Là il rencontre Kevin, d’un an son cadet ; Kevin joue au football, est viril et n’aime pas la musique : tout le contraire du narrateur. Et tout ce que son père aimerait qu’il soit. Ce que son père ne sait pas, c’est-ce qui se passait le soir entre les deux adolescents. Des actes que le jeune ado refoule, ou tout du moins minimise, tant il n’aspire qu’à une chose : ressembler à tous les autres garçons. Mais ses désirs font désordre, il va bien vite s’en rendre compte.

Qu’est-ce que ça peut être frustrant l’adolescence ! C’est le sentiment général qui ressort le plus souvent à la lecture d’Un jeune américain. Sans cesse tiraillé entre ses désirs - encore à l’état d’embryon au début, puis de plus en plus forts et puissants par la suite - et l’éducation qu’on lui donne, les normes que la société exigent fatalement de lui, le narrateur qui se replonge dans ses années de jeunesse ne sait plus où il en est. Voilà aussi l’une des grandes forces du roman d’Edmund White : nous plonger en plein dans la psyché compliqué de ce tout jeune homme, sans parti-pris ni jugement aucun. On est tour à tour fasciné, énervé ou charmé par cet adolescent dans la tourmente. Une tourmente qu’il s’inflige à lui-même d’ailleurs : ce ne sont pas les autres personnages qui portent un jugement sur sa sexualité - le roman se déroule dans les années 50 - mais lui-même qui cherche à combattre son destin par diverses manières.

On peut penser que l’histoire est aujourd’hui surannée. Et pourtant combien de jeunes homos ont encore une trajectoire complexe. Chacun pourra retrouver dans le livre d’Edmund White une part de sa propre expérience, se reconnaitra plus ou moins dans les doutes qui traversent le personnage principal. Sans pour autant faire d’Un jeune américain un roman communautaire : quiconque pourrait se retrouver dans ce portrait tourmenté d’adolescent. L’écriture fluide de White permet de s’immiscer très vite dans l’atmosphère du roman et de s’embarquer dans les aventures sensuelles (et parfois sans suite) du narrateur. Roman initiatique, Un jeune américain nous plonge aussi dans une Amérique des années 50 engoncé dans ses rigidités et pourtant à l’aube d’une révolution sociétale et de libération des mœurs. Passionnant et envoûtant, le livre donne envie de découvrir la suite des aventures du jeune narrateur.

Ma note : ***

Un jeune américain (1982) Edmund White

commentaires

Haut de page