Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un jour de chance (2012) Alex de la Iglesia

par Neil 15 Septembre 2012, 05:33 Avant-Première

 

Chispa_Vida.jpgFiche technique

Film espagnol

Date de sortie : 12 décembre 2012

Titre original : la chispa de la vida

Genre : accident spectaculaire

Durée : 1h35

Scénario : Randy Feldman

Photographie : Kiko de la Rica
Musique : Joan Valent

Avec José Mota (Roberto), Salma Hayek (Luisa), Juan Luis Galiardo (Alcarde), Bianca Portillo (Mercedes), Fernando Tejero (Johnny), Carolina Bang (Pilar Álvarez)…

 

Synopsis : Ancien publicitaire à succès, Roberto ne supporte plus d'être au chômage. Désespéré, il retourne dans l'hôtel qui fut le théâtre de sa lune de miel. Mais l'établissement a laissé place à un musée sur le point d'être inauguré. Au cours de sa visite, il fait une grave chute et se retrouve avec une barre de fer plantée dans la tête.

Mon avis : La société du spectacle passé à la moulinette infernale

La société décrite dans Un jour de chance, présenté en avant-première à l'Etrange Festival alors que le film n'a toujours pas de date précise de sortie en France, n'est pas très glorieuse. Le nouveau film d'Alex de la Iglesia est pleinement ancré dans l'air du temps et pointe du doigt nos travers. Il faut dire que le réalisateur espagnol n'a pas l'habitude d'être d'entre avec ses concitoyens, ni en général avec personne d'ailleurs. Dans son premier film par exemple, Action mutante, il mettait en exergue notre rapport à l'altérité et au handicap. Dans Le jour de la bête, la religion était bousculée et dans Mes chers voisins c'était notre rapport à l'argent dont il était question. Bref, Alex de la Iglesia est un trublion, qui nous sermonne toujours un peu mais avec beaucoup d'humour, ce qui fait tout passer.

Le réveil est difficile pour Roberto en ce jour d'entretien de motivation. Il est au chômage depuis pas mal de temps et c'est son dernier espoir de revenir dans la vie active. Il part rencontrer le directeur de l'agence de publicité avec qui il a autrefois travaillé. Il faut dire que Roberto a eu une belle carrière mais malgré tout il ne parvient pas à le convaincre. Déçu, il retourne à l'hôtel de sa nuit de noce, où il espère retourner avec sa femme pour leur anniversaire de mariage. Mais à la place de l'hôtel se trouve le musée d'un théâtre antique découvert depuis peu. Il se retrouve bousculé par une foule lors de l'inauguration et se cache dans un coin sombre, où une pancarte défend quiconque de rentrer.

Là où Un jour de chance est diablement efficace, c'est que le film arrive à nous tenir en haleine du début à la fin. De nombreuses péripéties arrivent au personnage principal et nous sommes à chaque fois persuadé que son sort va s'améliorer. C'est bien entendu mal connaître Alex de la Iglesia, qui aime tourmenter ses personnages jusqu'au bout et mettre le spectateur face à quelques images difficiles. Une des scènes du film, qui:monte d'ailleurs très bien en puissance avec un climax savoureux, est assez dure à supporter. Mais le réalisateur espagnol sait apporter à son scénario non seulement beaucoup d'humour mais également une bonne dose de tendresse. Les scènes loufoques se multiplient à notre grand plaisir et au travers de la figure de l'épouse de l'infortuné Roberto l'émotion arrive à émerger d'une assez jolie façon.

Évidemment le discours d'Alex de la Iglesia dans Un jour de chance semble rabâché : les dérives de la société du spectacle font régulièrement l'objet de livres et de films. Déjà dans les années 80 des réalisateurs comme Bertrand Tavernier avec La mort en direct ou bien Yves Boisset et Le prix du danger mettaient en avant l'univers de la télévision et de son emprise sur les spectateurs. Ici le réalisateur espagnol en rajoute une couche en y incorporant le contexte actuel de la crise, qui accentue les disparités sociales. Le propos est acerbe et juste quoiqu'un peu trop caricatural, mais le traitement humoristique apporte un contrepoint judicieux. L'interprétation des acteurs et des actrices (entre autres Salma Hayek qui n'avait pas été aussi juste depuis longtemps) ajoute de la valeur à un film drôle et intelligent.

 

Ma note : ***

commentaires

Haut de page