Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une nuit (2011) Philippe Lefebvre

par Neil 1 Janvier 2012, 06:50 Avant-Première

Une_Nuit.jpg

Fiche technique
Film français
Date de sortie : 4 janvier 2012
Genre : plongée dans le monde de la nuit
Durée : 1h40
Scénario : Simon Michaël, d’après l’œuvre de Philippe Isard
Photographie : Jérôme Alméras
Musique : Olivier Floriot
Avec Roschdy Zem (Simon Weiss), Sara Forestier (Laurence Deray), Samuel Le Bihan (Tony Garcia), Grégory Fitoussi (Paul Gorsky), Jean-Pierre Martins (Jo Linder)...

Synopsis
 : Paris. Simon Weiss, commandant à la Brigade Mondaine, entreprend, comme chaque soir, sa tournée des établissements de nuit. Son métier. Une nuit, mais pas comme les autres… Très vite Weiss comprend qu’on veut le piéger. Pris en tenaille entre la police des polices et les voyous, Weiss va se défendre, affronter flics, hommes d’affaires et malfrats...  (Allociné)


Mon avis : En fait c'est pas si beau une ville la nuit

Le parcours du réalisateur d'Une ville est assez peu commun. Philippe Lefebvre débute sa carrière en tant qu'assistant réalisateur dans la fin des années 60 et surtout dans les années 70 pour des metteurs en scène aussi renommés que Pierre Granier-Deferre, Henri Verneuil ou Yves Robert. Il va ensuite faire ses gammes à la télévision avec nottamment la série mythique pour ceux qui l'ont connue et justement dénommée Médecins de nuit. Sa brève incursion cinématographique avec deux films au milieu des années 80 n'est pas vraiment un succès, et il revient vers la télévision dans la décénnie qui suit. On perd sa trace dans les années 2000, et le voici de retour avec un film assez intéressant.

Sortant de son immeuble parisien, Simon Weiss constate amèrement que la camionnette qui le suit depuis quelques jours est toujours postée dans la rue. Il nargue ses occupants, qui se rendent alors compte qu'ils sont repérés. Simon rejoint alors Laurence, sa conductrice d'une nuit : il fait partie de la Mondaine et est parti pour une virée nocturne de plus. Ils se dirigent dans un bar à hotesses où le patron accueille Simon avec un sourire de circonstance. Après un échange verbal musclé, le policier fait de l'intimidation au tenancier du bar pour le forcer à rentrer dans le rang. Il se rend ensuite avec sa collègue dans un club huppé où ils retrouvent le meilleur ami de Simon.

L'ambition d'un film comme Une nuit est assez simple, et il remplit son contrat avec réussite. L'idée c'est une plongée, à la manière d'un road movie, durant toute une nuit avec un policier de la brigade des mœurs. L'unité temporelle est respectée, le lieu est unique, c'est Paris (filmé pour une fois de façon assez réaliste et sans cliché) et l'action également : c'est l'histoire de Simon Weiss. L'épure est donc également dans le scénario, qui déroule petit à petit les éléments de l'intrigue concentrée sur un personnage principal qui cherche à résoudre une affaire louche. Pour ce faire, il va croiser divers personnages patibulaires mais presque et être amené à résoudre quelques intrigues secondaires mineures, mais le fil linéaire est respecté jusqu'à la fin du film. Nous sommes donc dans l'univers d'un film noir, assez élégant et aux figures plutôt marquantes.

Le duo entre les deux acteurs principaux d'Une nuit fonctionne d'ailleurs très bien. En flic intègre qui tente malgré le milieu dans lequel il évolue de rester digne et fidèle en amitié, Roschdy Zem est encore une fois excellent et montre qu'il est une des personnalités les plus intéressantes du paysage cinématographique français. Sara Forestier confirme quant à elle la bonne direction qu'elle donne à sa carrière depuis quelques années. toute en discretion, elle arrive à imposer un personnage pourtant très peu écrit. On se passionne pour ces univers interlopes que l'on ne soupçonne pas forcément et qui font pourtant partie du quotidien de pas mal de gens. Le monde de la nuit décrit dans le film contraste alors fortement avec sa réputation festive et joyeuse : les arrières-cours de ces cabarets où tout le monde sourit ne sont finalement pas très belles à voir.

Ma note : ***

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

ASBAF 03/01/2012 19:16


Le film est pas trop mal fichu grâce à la bonne présence de Roschdy Zem. Par contre, la fin est imbitable, on l'entrevoit dès le début, comment justifier sinon le rôle de potiche de Sara
Forestier pendant 1h15 ? Oups. Spoiler.

Neil 04/01/2012 00:03



Haaaan comment c'est pas bien...
Bah moi j'avions rien vu ; bon, j'ai un petit côté blond(e) qui ressort parfois c'est peut-être pour ça ^^



Haut de page