Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Wrong (2012) Quentin Dupieux

par Neil 1 Septembre 2012, 05:51 Avant-Première

Wrong.jpg
Fiche technique

Film français
Date de sortie : 5 septembre 2012
Genre : chien égaré
Durée : 1h34
Scénario : Quentin Dupieux
Photographie : Quentin Dupieux
Compositeur : Tahity Boy & Mr Oizo
Avec Jack Plotnick (Dolph Springer), Eric Judor (Victor), Alexis Dziena (Emma), William Fichtner (Master Chang), Steve Little (Détective Ronnie), Marc Burnham (Le flic)…

Synopsis : Dolph a perdu son chien, Paul. Le mystérieux Master Chang pourrait en être la cause. Le détective Ronnie, la solution. Emma, la vendeuse de pizza, serait un remède, et son jardinier Victor, une diversion ? Ou le contraire. Car Paul est parti, et Dolph a perdu la tête.

Mon avis : Éloge de l’anormalité

L’étrangeté qui baigne dans Wrong est cohérente avec la personnalité de son créateur. Quentin Dupieux fait partie de cette French Touch qui a réussi à séduire un public international et qui souhaite maintenant ne pas se circonscrire au seul média musical. Souvenez-vous des publicités pour une célèbre marque de jean’s à la fin des années 90, avec un poussin jaune fumant le cigare. C’était lui, alias Mr Oizo, avec sa mascotte Flat Eric. Il se décide ensuite à réaliser des films et après Steak et Rubber le voilà de retour avec ce Wrong où il retrouve Eric Judor pour un film qui joue avec les frontières de la normalité.

En se réveillant un matin, Dolph Springer découvre que son chien ne répond pas à l’appel. Il le cherche partout et sort sur le palier de sa maison. Il voit sur le trottoir d’en face son voisin qui s’apprête à partir en voiture. Celui-ci le rassure en lui disant que le chien finira bien par rentrer et Dolph lui demande si son jogging s’est bien passé. Le voisin s'énerve en lui disant qu’il déteste le jogging et qu’il n’en fait jamais. Un dialogue de sourd s’établit avant que le voisin ne parte, énervé. Dolph retire son courrier de la boîte aux lettre et y découvre une publicité pour une entreprise de livraison de pizza. Il les appelle car leur logo présentant un lièvre sur un moto l’intrigue et le dérange.

A n’en pas douter, Wrong n’est pas un film comme les autres et le revendique. Le film baigne dans une atmosphère surréaliste permanente où le moindre fait de la vie quotidienne est contrebalancé par un détail que l’on peut qualifier d’anormal. On peut y voir des employés de bureau travaillant constamment sous la pluie, un réveil matin analogique ne se comportant pas comme on l’attend ou un palmier se transformant soudainement en sapin. Le trait est tellement forcé qu'on se demande constamment si c’est la science-fiction qui prend le pas sur le réel ou l’inverse. Quentin Dupieux en a pleinement conscience, et dans des entretiens où on ne sait plus trop quelle est la part de dérision il se réclame de réalisateurs tels que David Lynch ou Luis Bunuel.

C’est d’ailleurs ce qui pêche dans Wrong, cette volonté trop marquée de vouloir s’ancrer dans un genre. Les références sont surlignées et bien qu’habilement mis en scène le film ne se met pas au niveau de ses aînés. La faute à une intrigue prétexte qui conviendrait mieux au format du moyen-métrage. L’idée est bonne mais le réalisateur se contente uniquement de broder autour au lieu de donner corps à d’autres histoires. Le personnage du voisin ou du maître Chang sont très intéressants mais à défaut de ne vouloir que les esquisser Quentin Dupieux survole son sujet. L’ensemble du film reste cependant amusant, l’humour décalé de nombreuses scènes est assez communicatif et le casting est harmonieux. Un petit film sans prétention mais qui vaut tout de même le coup d’œil.

Ma note : ***

commentaires

ASBAF 02/09/2012 16:26


C'est pas Wrong qui n'est pas un film comme les autres, c'est Dupieux qui n'est pas un réal comme les autres.

Neil 04/09/2012 10:25



Ah ça c'est fort possible mon cher Vincent.



ffred 02/09/2012 15:56


Après avoir adoré Rubber, j'en sors très deçu. JE me suis même ennuyé. Dupieux se complait dans son style sans plus rien apporter de plus. L'idée de départ est bonne mais pas exploitée...
Dommage...

Neil 04/09/2012 10:24



Tiens donc... Alors c'est peut-être parce que je découvrais le style de Dupieux que le film m'a bien plu. Je me suis laissé emporté par l'histoire.



Haut de page