Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Good as you (2012) Mariano Lamberti

par Neil 25 Octobre 2012, 05:00 Avant-Première

Good_You.jpgFiche technique

Film italien
Durée : 1h23
Genre : chassés-croisés amoureux
Scénario : Riccardo Pechini
Image : Daniele Poli
Musique : Michele Braga
Avec Enrico Silvestrin (Claudio), Daniela Virgilio (Silvia), Diego Longobardi (Marco), Lucia Mascino (Fransesca), Luca Dorigo (Nico), Elisa Di Eusanio (Mara)...

 

Résumé : Huit personnages, quatre hommes et quatre femmes, tous conscients d'être homosexuels, ont décidé de passer le nouvel an ensemble à Rome. Avec l'alcool et une romantique mélancolique atmosphère, les huit amis vont sa retrouver au centre de confessions inattendues, révélant secrets, jalousies et provoquant des décisions impulsives hilarantes.


Mon avis: Drama-queens au bord de la crise de nerfs

La réaction qu'a provoqué en Italie Good as you est assez représentative des films abordant les problématiques Lesbiennes, Gays, Bisexuelles et Transexuelles. Le film a été proscrit par un groupe extrémiste catholique, menaçant les propriétaires de salles de boycotter chaque projection d'un film qui selon, promeut de façon dangereuse un mode de vie qui n'est pas naturel. Mais la communauté homosexuelle n'est pas restée en reste, critiquant le film et lui reprochant de n'aborder les choses que de façon positives, gommant les difficultés que peuvent rencontrer quotidiennement les homosexuels en Italie. Donc pour résumer, quand un film LGBT est tragique et triste on lui reproche d'être misérabiliste et quand il est une comédie légère on lui reproche de ne pas être assez réaliste.

 

Le soir du réveillon, Claudio et Silvia, frère et sœur, s'apprêtent à recevoir des invités. Claudio a hâte de rencontrer le mec avec qui il discute depuis des mois sur un chat et reproche à sa sœur de ne pas avoir encore rangé la cuisine. Un tout petit peu maniaque, il veut que tout soit parfait car il est persuadé que c'est l'homme de sa vie qu'il va voir ce soir. Pourtant de l'autre côté de l'ordinateur c'est Fransesca qui a écrit depuis tout ce temps ces messages, se faisant passer pour son frère. Celui-ci n'a pas eu de relation stable depuis bien longtemps et elle lui arrangé ce rencard derrière son dos. Quand il l'apprend il refuse d'aller à la soirée, jusqu'à ce que Fransesca lui montre les photos de Claudio, joli garçon qui n'hésite pas à se montrer sous toutes ses coutures.

 

Nous sommes avec Good as you en présence d'une farce à l'italienne pur jus. Toutes les situations sont poussées à l'extrême et le but est de faire rire le spectateur. Alors certes ce n'est pas toujours très fin et les personnages sont stéréotypés mais l'humour fonctionne très bien. L'apparition du meilleur ami de Claudio, folle exubérante qui a pourtant l'air d'un macho fini, est tout à fait savoureuses, et la soirée déguisée à la fin du film est complètement débridée. Les situations sont souvent abracadabrantesques, comme dans le théâtre de boulevard, mais elles font apparaître en coins quelques problématiques qui ne manquent pas d'attirer notre attention. Dire que tout va bien n'est d'ailleurs pas totalement réaliste puisque tous les personnages sont névroses et que le thème du VIH y est abordé.

 

Alors oui Good as you est une pure comédie, et ça fait du bien. On ne voit d'ailleurs pas bien pourquoi les films LGBT ne pourraient pas, à l'instar des films que l'on appelle mainstream, nous offrir quelques perles de pur détente. Soyons honnêtes, tout est ici aseptisé et les personnages n'ont pas de problèmes d'argent et ne sont jamais opprimés. Nous vivons dans un monde un peu bisounours où les seuls états d'âmes des garçons et des filles sont des ruptures affectives : même la séropositivité n'est pas exploité comme un frein potentiel à la vie quotidienne. Il faut surmonter cet état de fait et prendre le film tel quel, comme une comédie très sympathique où la mise en scène n'est pas brillante et les acteurs et actrices surjouent un peu trop mais où l'on rit beaucoup, ce qui est rare et appréciable.

 

Ma note : **

commentaires

Haut de page