Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans la maison (2012) François Ozon

par Neil 22 Octobre 2012, 05:26 En salles

Dans MaisonFiche technique
Film français
Date de sortie : 10 octobre 2012
Durée : 1h45
Genre : processus créatif
Scénario : François Ozon, d'après l'oeuvre de Juan Mayorga
Image : Jérôme Alméras
Musique : Philippe Rombi
Avec Fabrice Luchini (Germain), Kristin Scott Thomas (Jeanne), Ernst Umhauer (Claude), Emmanuelle Seigner (Esther), Denis Ménochet (Rapha Père), Yolande Moreau (Les jumelles)...

 

Résumé : Un garçon de 16 ans s'immisce dans la maison d'un élève de sa classe, et en fait le récit dans ses rédactions à son professeur de français. Ce dernier, face à cet élève doué et différent, reprend goût à l'enseignement, mais cette intrusion va déclencher une série d'événements incontrôlables. (allocine)


Mon avis: Je est-il vraiment un autre ?

Pour écrire le scénario de Dans la maison, François Ozon s'est inspiré d'une pièce du dramaturge espagnol Juan Mayorga. Les choix du réalisateur pour ses sujets sont assez intéressants : il alterne très régulièrement des scénarii originaux et adaptés. Quand il puise dans des œuvres existantes, c'est souvent vers le théâtre que se portent ses choix, et pourtant les résultats sont singulièrement cinématographique. Que ce soit pour Potiche, pour 8 femmes ou pour celui-ci, le cinéaste incorpore parfaitement l'aspect cinégénique que peuvent posséder toutes ces œuvres de fictions et l'on sent rarement la lourdeur de l'adaptation. Qui plus est, le côté artificiel que pourrait représenter l'histoire qu'il nous raconte ici (l'écrivain en plein travail) ne se fait absolument pas ressentir.

 

C'est la rentrée des classes et M. Germain se retrouve en salle des professeurs à écouter le proviseur faire un discours lénifiant sur les changements soit-disant révolutionnaires que son lycée pilote va adopter. Corrigeant ses premières copies, il constate avec son épouse le peu de talent que démontrent ses élèves en terme de rédaction. Seule une dissertation semble sortir du lot, où un jeune homme raconte son week-end passé chez un de ses camarades de "la classe moyenne". Malgré le mépris que suggère sa rédaction, le professeur donne une bonne note à l'élève en qui il voit une graine d'écrivain, qu'il a bien l'intention de faire éclore. C'est pourquoi il lui donne bientôt des travaux supplémentaires, où l'adolescent montre à la fois un réel talent et une capacité déconcertante à la manipulation.

 

Ce qui est amusant avec Dans la maison c'est que François Ozon n'hésite pas à citer dans son film explicitement ses sources d'inspiration. Le professeur évoque le Théorème de Pier Paolo Pasolini pour expliquer à son élève combien sa rédaction n'a rien d'original quand elle montre le mécanisme de séduction d'un étranger dans une famille bourgeoise. Puis quand il vont au cinéma, Fabrice Luchini et Kristin Scott Thomas (couple étonnement crédible à l'écran) vont voir Match point, ce qui ce pose là comme symbole de la lutte des classes en jeu dans l'histoire. Le réalisateur joue donc en permanence avec le spectateur, mettant en valeur le mécanisme de poupées russes qu'il s’ingénie à construire. Cela pourrait être très didactique mais en fait l'ensemble est fluide et le mélange d'humour et de suspens est très bien dosé.

 

Le sujet principal de Dans la maison est donc le mécanisme même de la création. Qui manipule qui, de l'auteur ou du lecteur, et quelles peuvent être les dangers de connaître intimement son auditoire quand on crée une œuvre, le film explore toutes ces thématiques. Et le réalisateur d'incorporer dans son film quelques malicieux clins d’œils comme cet épisode où Fabrice Luchini est au sens propre assommé par un exemplaire du Voyage au bout de la nuit. Maîtrisant la mise en scène, et n'hésitant pas à multiplier les travellings, Ozon a l'air de s'amuser tout en instillant avec équilibre quelques instants de malaise dans un film jubilatoire. Cerise sur le gâteau, le casting est parfait (Fabrice Luchini en professeur de français, Kristin Scott Thomas en galeriste d'art contemporain : que rêver de mieux ?) : on passe un très bon moment avec eux.

 

Ma note : ****

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Christophe 06/11/2012 00:11


On est effectivement bien d'accord sur ce film, que certains n'ont pas trouvé assez subversif à leur goût, mais auquel j'ai pris beaucoup de plaisir

Neil 06/11/2012 18:44



En voyant la filmographie d'Ozon, il est capable de tout, du plus grand serieux à la plus pure fantaisie donc finalement c'est assez cohérent...



Haut de page