Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Hanezu, l’esprit des montagnes (2012) Naomi Kawase

par Neil 30 Janvier 2012, 06:43 2010's

Fiche technique
Film japonais
Date de sortie : 1er février 2012
Titre original : Hanezu no tsuki
Genre : triangle amoureux
Durée : 1h31
Scénario : Naomi Kawase
Image : Naomi Kawase
Musique : Hasiken
Avec Hako Oshima (Kayoko), Tohta Komizu (Takumi), Tetsuya Akikawa (Tetsuya), Akaji Maro (Yo-Chan), Taiga Komizu (Hisao), Kirin Kiki (La mère de Takumi)…

Synopsis : Dans la région d’Asuka, berceau du Japon, Takumi mène une double vie : tranquille avec Tetsuya son mari, passionnée avec son amant Kayoko, sculpteur qui lui fait découvrir les plaisirs simples de la nature. Takumi apprend qu’elle est enceinte. L’arrivée de cet enfant est l’occasion pour chacun de prolonger son histoire familiale et ses rêves inassouvis.


Mon avis : Communion avec la nature, mais pas avec les spectateurs

C’est clair, après avoir vu Hanezu, l’esprit de la montagne on peut penser que le cinéma de Naomi Kawase n’est clairement pas fait pour tous les spectateurs. Déjà durant la projection de La forêt de Mogari on peut légitimement légèrement s'assoupir, et ici aussi avoir une petite baisse d’attention. La réalisatrice japonaise, photographe de formation, produit de belles images, des plans contemplatifs sublimant la nature, les paysages, les animaux. C’est beau mais on peut dire sans trop s’avancer qu’il faut un peu s’accrocher si on ne veut pas décrocher, justement.

Le village d’Asuka est situé au cœur de la préfecture de Nara, région qui fut entre le Ve et le VIIIe siècle le centre économique et politique du Japon. Une légende dit que les trois montagnes environnantes symbolisaient un triangle amoureux, à l’image de l’histoire de Takumi. La jeune femme est mariée à Tetsuya, homme paisible, et a un amant, Kayoko, qui partage avec elle des moments de communion avec la nature. Un jour Takumi apprend qu’elle est enceinte : elle se rend compte peu à peu qu’elle va devoir faire un choix entre ses deux vies, et savoir avec qui elle veut faire sa vie.

Bien qu’il soit assez court, on s’ennuie beaucoup devant Hanezu, l’esprit des montagnes. Le rythme est lent, il ne se passe pas grand chose et la réalisatrice ne fait aucun effort pour faciliter la lecture au spectateur. On est en présence d’un cinéma exigeant, qui est censé nous faire ressentir l’environnement extérieur plus que de nous raconter une histoire originale. Naomi Kawase l’assume d’ailleurs : elle veut donner à la nature le rôle principal de ses films, l’homme jouant un rôle secondaire. À la lire, on comprend d’ailleurs toutes ses intentions : dénoncer la modernité, la technologie qui envahit nos existence, respecter les anciens, mettre en image les traditions et les légendes ancestrales.

Le problème c’est que dans Hanezu, l’esprit des montagnes, tout ça ne restent que des notes d’intentions. C’est peut-être intéressant sur le papier (quoique…), mais ça ne donne rien du tout. On n’éprouve aucun des sentiments qu’est censé dégager le film, autant par rapport à la nature environnante que par rapport aux histoires humaines. Ce n’est pourtant pas faute, de la part de Naomi Kawase, de bien nous imprégner de l’environnement visuel, avec des gros plans à foison qui deviennent au bout du compte lassants. Ce qui fait que durant les rares scènes narratives on a du mal à ressentir la douleur ou la joie des personnages, bien que les épreuves qu’ils ou elles sont amené-e-s à vivre sont parfois violentes. La façon même de nous annoncer des informations capitales ou de nous montrer des scènes chocs tombe à plat, faute d’empathie.

Ma note : °

Hanezu, l’esprit des montagnes (2012) Naomi Kawase
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

showdown 25/09/2014 17:20

Ce dont je me rappelle de ce film, ce sont les jolis paysages, les nombreux oiseaux surement utilisés comme symbolique et puis....pas les dialogues en tout cas, mais une extrême lenteur oui -_-

neil 25/09/2014 19:12

Ah oui de beaux paysages le cinéma de Kawase n'en manque pas, mais ce n'est pas suffisant. Pour moi en tout cas.

fredastair 16/02/2012 13:26


Tu es un peu dur, même s'il est tout à fait compréhensible qu'on reste rétif à ce cinéma un brin hermétique. Pour ma part, je me suis laissé allé à ce triangle amoureux et à cette sublimation de
la Nature, souvent bancale (certains plans relevant de l'amateurisme, l'anti-dramatisation des scènes-clé que tu soulignes).


Dans la vague des très beaux films mystico-contemplatifs de l'année dernière, type "Oncle Boonmee" ou "La Quattro volte", c'est plutôt dans le fond du panier ; mais pour moi, ça n'en reste pas
moins (très) honorable.


 


En tout cas, tu dois être à peu près le seul à en parler sur toute la blogosphère, et rien que pour cela, ton article mérite un coup de chapeau !

Neil 21/02/2012 16:33



J'ai été un peu dur car ne suis jamais rentré dans le film, pourtant je ne suis pas contre ce type de films. Là j'ai trouvé que ça ne marchait pas du tout et que certaines images comme tu le
soulignes sont très faibles. Mais le film n'a pas attiré les foules...



Wilyrah 01/02/2012 00:44


Mais il ne me tente pas plus... ^^

Neil 01/02/2012 16:57



Arf oui alors là... pourtant il a de bonnes critiques on dirait



Chris 30/01/2012 21:58


De dieu, ça fait envie, Le cheval de Turin paraitrait Tarantinesque au regard de ce pensum tel que tu le décris. J'ai bien fait de le remplacer par Tatsumi !

Neil 31/01/2012 17:47



Non je pense qu'il y a plus d'action ici que dans Le cheval de Turin : j'ai sans doute forcé le trait. On va voir pour Tatsumi après...



Wilyrah 30/01/2012 12:23


Son précédent film avait été un calvaire. Je ne mâche pas mes mots. Un calvaire. Rarement le temps ne m'aura paru aussi lent devant un film.


Du coup, quand j'ai vu qu'il faisait partie de la sélection du festival d'hiver, j'ai décidé de ne pas y participer car il est absolument HORS DE QUESTION que je m'inflige ça à nouveau. Le nom de
Naomi Kawase est désormais associé à celui de "torture" dans mon subconscient. 

Neil 31/01/2012 17:45



C'était pas loin de la torture c'est pas faux. En même temps j'ai pu penser à ma liste de courses ou autre...
Mais justement il n'est plus au festival d'hiver de Chris, remplacé par Tatsumi. je pense que tu peux encore t'inscrire si ça te dit.



Haut de page