Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L’étrange affaire Angélica (2010) Manoel de Oliveira

par Neil 7 Avril 2011, 05:15 2010's

Fiche technique
Film portugais
Date de sortie : 16 mars 2011
Titre original : O Estranho Caso de Angélica
Genre : un ange passe
Durée : 1h35
Scénario : Manoel de Oliveira
Image : Sabine Lancelin
Avec Ricardo Trepa (Isaac), Pilar Lopez de Ayala (Angélica), Luis Miguel Cintra (L‘ingénieur), Leonor Silveira (La mère), Filipe Vargas (Le mari), Ana Maria Magalhaes (Clementina)…

Synopsis : Une nuit, Isaac, jeune photographe et locataire de la pension de Dona Rosa à Régua, est appelé d’urgence par une riche famille afin de faire le dernier portrait de leur fille Angélica, une jeune femme morte juste après son mariage. Dans la maison en deuil, Isaac découvre Angélica et reste sidéré par sa beauté. (allocine)

Mon avis : Obsession fatale pour amoureux transi

Il est toujours temps de voir un film de Manoel de Oliveira : il est quand même mort à 106 ans (et toutes ses dents), ce jeune homme. Par exemple avec L’étrange affaire Angélica, portée aux nues par une (très) grande partie de la critique nationale. De Oliveira on ne sait pas grand-chose en France, mise à part qu’il affectionne particulièrement les plans fixes, et qu’on le compare souvent à Yasujirō Ozu. Ce qui n’est pas le moindre des compliments, vu la haute estime qu’on peut légitimement porter sur le réalisateur japonais. De Oliveira on a pu voir La lettre, portée par la talentueuse Chiara Mastroianni, ou Belle toujours, sorte de suite à Belle de jour.

Tard le soir, il pleut quand l‘intendant du domaine Quinta das Portas frappe à la porte d‘un immeuble. Une vieille femme apparait sur la balcon, qui s’étonne qu’on la réveille. C’est qu’on cherche en urgence un photographe, son mari en l’occurrence, qui n’est pas là. Un passant assiste à la scène et propose à l’intendant de l’emmener voir Isaac, un photographe de sa connaissance qui loge dans une pension. Irrité qu’on le dérange à cet heure, Isaac refuse au premier abord mais sa logeuse réussit à le convaincre : le voilà parti en voiture pour le domaine où il va photographier Angelica, une jeune femme qui vient tout juste de mourir.

Une chose est sûre en voyant L‘étrange affaire Angélica c‘est que Manoel de Oliveira sait prendre son temps. Rien qu’à voir cette introduction qui s’étire pour arriver au cœur même du sujet on se rend compte que le réalisateur n’est pas pressé. Est-ce dû à son âge plus qu’avancé, à la sérénité que lui procure ses années d’expérience, en tout cas il prend le temps de construire son histoire et de nous embarquer avec ses personnages. C’est d’ailleurs paradoxal puisqu’on ne sait pas grand-chose de cet Isaac, qui va nous demeurer mystérieux jusqu’à la fin du film.

Cette opacité du personnage n’est d’ailleurs pas déplaisante, ça nous laisse imaginer des tas de choses et laisse ouverte toutes les options. La sérénité se dégage également de la mise en scène de L‘étrange affaire Angélica. La caméra est tranquille, elle ne bouge pas, ou si peu. Et pourtant tant de choses nous sont dévoilée devant cet objectif qui capte les infimes mouvements et toutes les émotions. Il faut s’imprégner de l’ambiance, même si ce n’est pas toujours évident et qu’une lente torpeur nous étreint parfois.

Mais soudain, au détour d’un plan, les effets spéciaux d’antan nous emmènent vers un ailleurs et on comprend. On éprouve de l’empathie pour cet homme qui tombe de façon irraisonné fou amoureux d’une image, d’une femme qu’il n’a jamais connu et qu’il ne connaitra jamais. C’est une image de l’éternité qui nous est présenté avec L‘étrange affaire Angélica, de manière poétique et quelque peu hermétique il faut l’avouer. Mais ça vaut le coup d’œil.


Ma note : **

L’étrange affaire Angélica (2010) Manoel de Oliveira
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

D&D 29/05/2011 14:45



Ben ça s'est pas trop mal passé pour ton premier Oliveira, c'est chouette :-)



Neil 29/05/2011 21:37



Lol il y a pire comme expérience. Bon j'ai failli somnoler à un ou deux moments mais promis j'irai en voir d'autres :)



Phil Siné 12/04/2011 11:11


moi non plus je ne connaissais pas vraiment le travail de pina bausch... je parlais simplement du film de wenders en fait !


Neil 13/04/2011 22:05



Oui mais justement j'hésitais à voir le film car je ne suis pas assez au fait de l'oeuvre de la choregraphe. Les multiples bonnes critiques du film m'incitent toutefois à aller le voir.



Phil Siné 08/04/2011 16:38


c'est l'un des films de manoel de oliveira où je me suis le moins endormi : un petit évènement en soi, donc !
je pense que le film aurait gagné à être tourné en 3D... (bon je dis ça, c'est sans doute lié à mon enthousiasme pour pina ! :)


Neil 11/04/2011 17:05



Manoel de Oliveira en 3D : le choc de style, j'adore ! ^^
Je ne connais absolument pas le travail de Pina Bauch...



Haut de page