Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Enfances (2008) Collectif de réalisateurs

par Neil 16 Mai 2008, 22:27 En salles

Fiche technique
Film français
Date de sortie : 14 mai 2008
Genre : tranches d’enfance
Durée : 1h20
Musique : Tal Haddad
Avec Julie Gayet (La mère de Fritz Lang), Elsa Zylberstein (La mère d’Ingmar Bergman), Clotilde Hesme (Gabrielle), Isild Le Besco (La tante d’Orson Welles)…

Synopsis : Six anecdotes, six films qui s'enchaînent, une échappée dans l'enfance, celle d'auteurs renommés ayant marqué de leur style l'Histoire du cinéma. C'est sur l'histoire de ces cinéastes que s'arrêtent ici de jeunes réalisateurs, ces petites histoires enfantines décidant parfois de toute une vie et venant ainsi éclairer leurs oeuvres… (Allociné)

Mon avis : C’est là que tout a commencé

En voilà une idée qu’elle est bonne : Enfances regroupe donc les courts-métrages de six jeunes réalisateurs français jusqu’ici peu ou inconnus. Si ça s’arrêtait là, me direz-vous… mais les six films en question relatent chacun une anecdote concernant l’enfance de célèbres réalisateurs du vingtième siècle. Quoi de plus intéressant pour ce début de siècle que de revisiter l’enfance de Welles, Tati, Bergman, Hitchcock, Renoir ou Lang ? C’est ainsi que l’on peut voir un petit garçon découvrant sa judaïté, un autre prend soin de sa mère alitée, un troisième se découvre une amitié particulière, untel voit avec un mauvaise œil l’arrivée de sa sœur dans la famille tandis que l’autre se voit brimé ou que le dernier a du mal à s’accommoder de sa grande taille.

Tous les réalisateurs (et les spectateurs) de courts-métrages vous leur diront : c’est à un exercice périlleux que se sont prêtés Isild Le Besco et ses compères. Comme tout groupement de courts  Enfances s’avère inégal, forcément. Deux ou trois réalisations emportent l’adhésion immédiate, comme celle sur l’enfance de Jacques Tati, et l’ensemble n’est pas forcément d’une qualité homogène. Pourtant, chaque réalisateur a su s’imprégner de son sujet pour livrer son œuvre, à la fois personnelle et inspiré, voire vampirisé par son modèle (voir le court-métrage autour de sir Alfred Hitchcock). Le résultat est un film iconoclaste, passionnant et émouvant. Qu’on connaisse ou pas la biographie des maîtres, qu’on s’intéresse ou non à leurs œuvres, il y a forcément dans Enfances un clin d’œil, un fragment de vie, un bref regard qui saura nous interpeller. Toutes ces histoires, si différentes fussent-elle, ont en commun cette curiosité, cet appétit de vivre, ce petit plus qui feront que Bergman sera fasciné par la culpabilité ou Renoir par l'étude de ses contemporains. Véritable pépite pour cinéphile, Enfances mérite franchement qu’on s’y attarde de plus près, d’autant plus que le film ne va sans doute pas bénéficier d’une sortie en salle très favorable.

Ma note : 8/10

commentaires

D 14/06/2008 01:55

Et moi qui étais en plein black-out, je n'en avais même pas entendu parler...
Je suis intrigué, je retiens ;-)

Neil 15/06/2008 18:45


Déjà il ne se donne que dans deux petites salles à Paris, et à des horaires éparses...


Wilyrah 10/06/2008 15:23

Tiens, tu m'as tenté. Ça peut être très intéressant !
Je vais voir s'il passe ici à Montpellier.

Neil 10/06/2008 21:27


J'éspère pour toi qu'il passera près de chez toi... mais rien n'est moins sûr !


dasola 19/05/2008 10:30

Bonjour Neil, je n'ai pas encore vu ce film qui me paraît en effet original dans le thème. En revanche, il faudrait que tu corriges la date de sortie. Tu as mis 1998 au lieu de 2008. Bonne journée.

Neil 19/05/2008 22:52


Ah oui merci Dasola, je vais faire ça dès maintenant


Beno�t 19/05/2008 02:50

Je trouve le concept de ce film assez intéressant. De plus, j'ai vu Elsa Zylberstein défendre le film sur le plateau d'On n'est pas couché. Vraiment, c'est un film que je mets dans le coin de ma tête et dont j'essayerai de me procurer en DVD.

Neil 19/05/2008 22:51


J'espère que tu pourras le trouver en DVD, à défaut d'une sortie en salles près de chez toi


Haut de page