Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Akoibon (2004) Edouard Baer

par Neil 2 Avril 2012, 05:42 2000's

Akoibon.jpg
Fiche technique
Film français
Date de sortie : 13 avril 2005
Genre : chantage surréaliste
Durée : 1h138
Scénario : Fabrice Roger-Lacan
Image : Antoine Roch
Musique : François Hasdenteufel
Avec Jean Rochefort (Chris Barnes), Marie Denarnaud (Betsy), Nader Boussandel (Nader), Chiara Mastroinanni (Barbara), Edouard Baer (Daniel Stain), Benoît Poelvoorde (Jean-Mi)…

Synopsis : Nader, un petit escroc, est contraint de se rendre sur une minuscule île du Sud pour tenter de débusquer Chris Barnes, ex-roi de la jet set et ami des stars, qu'une mystérieuse commanditaire veut coincer. Daniel, lui, a soudain planté femme et enfants pour venir y rencontrer l'énigmatique jeune femme à qui il a tant écrit par Internet. (allocine)

Mon avis : Délire parodique sur fond de mise en abyme cinématographique

On retrouve dans Akoibon de nombreux acteurs déjà présents dans le premier film d’Edouard Baer, La Bostella. Ils faisaient tous partie du mythique Centre de visionnage de l'émission Nulle part ailleurs sur la chaîne Canal plus dans le but de contribuer à son amélioration dans la mesure où il y aurait lieu de le faire, programme culte qui sévit entre 1997 et 1999 dans l’émission  de Canal Plus alors présentée par Guillaume Durand. Il fait de plus référence dans le titre de son film à la chanson écrite par Serge Gainsbourg, L’aquoiboniste, et qui résume assez bien l’esprit du réalisateur : « un faiseur de plaisantristes qui dit toujours A quoi bon, à quoi bon… ».

Vendeur à la sauvette, avec son ami Christophe Nader se fait attraper par des malfrats qui l’emmène voir la mafieuse Mme Paule. Celle-ci garde captif son ami et lui promet de le libérer si Nader parvient à lui livrer Chris Barnes, patron d’un hôtel situé sur l’île Santa Esmeralda. Sur le bateau qui l’y emmène, Nader fait la connaissance de Daniel, un quarantenaire qui a abandonné femme et enfants à la naissance du dernier. Il part rejoindre une jeune femme qu’il a rencontré sur Internet et qui habite dans l’île de Chris Barnes. Flippés tous les deux, ils décident d’échanger leur identité arrivés sur la terre ferme, tandis que sur le même bateau voyagent un couple de touristes décidés à passer du bon temps.

L‘univers loufoque si particulier de son auteur se retrouve complètement dans Akoibon. La réaction est immédiate et on peut aussi bien adhérer totalement ou rester de marbre mais c’est un humour qui ne laisse pas indifférent. Basé sur l’absurde, le grand n’importe quoi et un côté surréaliste qui ne manque pas de charme, le film est un peu sans queue ni tête, il faut bien le dire. Il part même dans le dernier tiers sur une mise en abîme déjantée de lui-même, les personnages se lançant dans un exercice de funambule cinématographique assez impressionnant. Le scénario, qui a l’air de tenir la route au début, se délite complètement et nous emmène dans un joyeux bordel assez jouissif.

Dès le début d‘Akoibon on peut sentir cette atmosphère si particulière qui nous fait comprendre qu‘on est dans l’univers propre de son réalisateur. Peuplé de personnages aux identités fortes et qui en jouent, le film nous fait ainsi côtoyer un narrateur qui s’auto-parodie, un guide touristique incompétent, un homme de ménage un peu louche, j’en passe et des meilleurs. Les interprètes s’éclatent complètement et se lâchent : Jean Rochefort est absolument magnifique en maître des lieux mégalomane, Chiara Mastroianni est charmante et désinvolte… Le film est à l’image d’Edouard Baer, un dandy décalé qui se fiche de tout mais avec élégance : on entre dans son univers ou pas, mais quand on se laisse embarquer c’est un pur bonheur.

Ma note : ***

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

bobmorane75 04/04/2012 11:05


Dans mon souvenir, je m'étais bien marré aux multiples phrases cultes que je ressort souvent genre "tu savais que la bière est bourrée de vitamine K ?" Faudra que je le ressorte de ma pile de
dvd.

Neil 04/04/2012 11:42



Y a pas mal de phrases cultes c'est clair. J'adore aussi le running gag sur Keith Richards. Même en le revoyant plusieurs fois je ris autant des blagues du film ^^



Haut de page