Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pat Garrett et Billy the Kid (1973) Sam Peckinpah

par Neil 12 Août 2008, 20:11 1970's

Fiche technique
Film américain
Date de sortie : 20 septembre 1973
Titre original : Pat Garrett & Billy the Kid
Genre : western crépusculaire
Durée : 2h02
Scénario : Rudy Wurlitzer
Directeur de la photographie : John Coquillon
Musique : Bob Dylan
Avec James Coburn (Patrick J. Garrett), Kris Kritofferson (Billy the Kid), Richard Jaeckel (Kip McKinney), Bob Dylan (Alias), Katy Jurado (Mrs Baker), Jason Robards (Lew Wallace), Harry Dean Stanton (Luke)…

Synopsis : En 1881, au Nouveau-Mexique, dans le repaire de Fort Sumner, Pat Garrett retrouve Billy, son ancien compagnon de route, et lui annonce qu'il est devenu shérif. Pat lui recommande alors de quitter les environs, sinon il sera dans l'obligation de l'éliminer. Billy ignore son conseil. Commence alors une poursuite impitoyable entre le policier et le jeune hors-la-loi. (allocine)

Mon avis : Duel sans merci pour héros désabusés

Dans la famille des réalisateurs maudits je demande Sam Peckinpah. Et au royaume de ces films qui sentent le souffre je pioche son Pat Garrett et Billy the kid. Réalisé en 1973, les producteurs l’ont remanié une première fois, puis une deuxième version fait son apparition avant qu’un film le plus proche du director’s cut ne puisse  voir le jour bien des années plus tard. C’est que Peckinpah n’est pas consensuel, ma bonne dame. Et que, même en 1973, même après La horde sauvage ou Chiens de paille, il faut toujours batailler ferme pour imposer sa voix d’auteur  à Hollywood. Le résultat est avouons le un peu mitigé : même s’il reste un western de grande qualité, on peut légitimement reprocher au film un rythme trop lent parfois.

Quand Pat Garrett débarque à Fort Summer, il compte bien y devenir shérif. C’est ce qu’il explique à son ancien compagnon de vadrouille, Billy the Kid. Celui-ci ne s’en émeut pas particulièrement et même quand ses amis lui conseillent de l’éliminer il leur répond qu’on ne tue pas un ami. Sage résolution pour un gars pourtant pas vraiment tendre lorsqu’il s’agit de prendre la gâchette. Malheureusement pour lui Pat n’en démord pas et va le poursuivre jusqu’au bout : chacun se dresse d’un côté de la justice maintenant.

Tous les films de Peckinpah sont hantés par ces anti-héros vieillissants qui appartiennent à un monde en déclin et sont en décalage perpétuel. Pat Garrett et Billy the kid ne déroge pas à la règle : pourtant tous deux à l’opposé, tant au niveau de l’âge, que du statut ou du caractère, Pat Garrett et Billy the kid sont deux héros fatigués, finis. Dès le début qui nous montre en flash forward la chute d’un personnage qui va nous être présenté juste après, on connaît l’issue inéluctable que va prendre cet affrontement entre les deux. Sam Peckinpah n’est pas du genre à faire dans la demi-mesure et on peut déjà le voir.

Autre sujet de discorde lorsqu’on évoque Peckinpah : la violence. Pat Garrett et Billy the kid n’en est pas dépourvu, loin s’en faut : le sang gicle des corps, on tire à bout portant derrière le dos… On peut légitimement ne pas en être friand. Reste qu’ici la violence a une signification propre, reflète une situation, est une métaphore bien plus parlante que nombre de discours. Là réside toute la force du cinéma de Peckinpah, là où bien d’autres réalisateurs n’utilisent la violence que dans un but purement mercantile.

Et la poésie n’est pas absente de Pat Garrett et Billy the Kid, les ralentis chers à Sam Peckinpah contribuent à donner au film un lyrisme très particulier, tout comme la musique composée par un Bob Dylan en verve (qui tient d’ailleurs l’un des rôles). James Coburn et le tout jeune alors Kris Kritofferson ajoutent au charme de Pat Garrett et Billy the Kid pour en faire un western atypique et envoûtant. Reste le rythme languissant d’une intrigue somme toute anodine et qui empêche le film de l’inscrire comme l’un des tout meilleurs du genre. On ferait la fine bouche pour moins que ça toutefois.

Ma note : 7,5/10

commentaires

Beno�t 18/08/2008 23:40

Ce DVD est toujours sur ma pile des films à voir. J'aime encore assez bien le travail de Peckinpah en général donc je risque de le voir assez tôt.

Neil 21/08/2008 18:36


Elle a l'air d'être énorme ta pile de films à voir dis donc ! "_"


el pibe 13/08/2008 10:12

Bonjour Neil,

pour moi ce Peckinpah est un sommet. J'ai eu la chance de le voir au cinéma et j'en garde un souvenir extraordinaire. Je sais qu'il en existe plusieurs versions. Le fait que l'on connaisse le destin de l'anti-héros dès le départ est pour moi une idée géniale !

Neil 21/08/2008 18:34


Oui, c'est un procédé qui apporte beaucoup de caractère au film. Au cinéma il doit bien donner, avec les paysages et tout ça.


Haut de page